jeudi 8 septembre 2011

Missive imaginaire de Jules ou Jim F.

Mon premier souvenir de cet été Grec, c'est le départ à 3 heures du matin pour l'Orient. Ma mère avait loué un truc à Afissos, un village du Pélion. Nous y serons très bien d'après elle. Je sens que mon père renâcle un peu à quitter Marseille. Ce n'est pas un grand voyageur, mais ma mère l'a eu : pas d'avion à prendre, juste un long voyage en voiture puis en bateau. Aucune excuse pour ne pas partir ! Bon, moi et mon frère, on a « oublié » de préparer nos valises. Du coup, le lever à 3 heures a pris tout son sens... si tant est que cela peut avoir un sens de gâcher ainsi les précieux temps de sommeil d'un ado pour entasser pêle-mêle 3 boxers, 4 T-shirts et quelques fringues. Je passe sur le voyage long, ensuqué... etc.

Le village grec est petit mais une place ombragée et agrémentée d'un bar attire mon père comme un aimant. Il y boit des « frappés » comme du petit lait. Du coup, nous, on peut tranquillement disparaître de la circulation. 

Enfin disparaître le mot n'est pas bien choisi car il me fait penser à l'affaire dont s'occupe mon père en ce moment. Ou plutôt qui occupe mon père en ce moment. Un jeune retrouvé mort dans les calanques à Marseille. Au fait : mon père est juge. C'est un métier qui vous occupe l'esprit même pendant les vacances. En même temps, on comprend bien pourquoi, n'est-ce pas ? 

Mon père ne veut pas croire à un suicide. Alors, il passe son temps au téléphone avec un flic de Marseille : un certain Juston qui s'occupe de l'affaire à distance. Les deux sont d'accord : ils ne comprennent pas les motivations d'un suicide ; alors ils cherchent les mobiles d'un crime. Excusez-moi : d'un homicide. Je suis fils de juge d'instruction, je connais mon vocabulaire. 

Bon, chut, ne le dites pas trop fort parce que mon frère et moi, on est officiellement dans la famille des ados dans toute leur splendeur. On râle et on est pas content. Faut dire que maman est pédopsychiatre, ça fait une alliée de poids. Si les cordonniers sont les plus mal chaussés, les mères pédopsychiatres ne sont pas mieux armées que les autres pour gérer l'adolescence. Qu'on se le tienne pour dit. D’expérience. 

J'en reviens aux vacances puisque de toute façon, maman passe son temps dans les églises. Une crise mystique en Grèce : pourquoi pas ? Mon père, lui, passe son temps à lire des bouquins sur l'histoire contemporaine de la Grèce. Il a décrété que la Grèce ne s'était pas figée dans l'antiquité. Visiblement, au XXe siècle, les grecs ont eu l'habitude d'être abandonnés par l'Europe. C'est pas seulement un fait d'actualité. Entre l'Empire Ottoman, la guerre, les dictatures et le coup d'État des Colonels, les Grecs n'ont pas eu le temps de lâcher les armes de la Résistance. Entre deux coups de fil de Juston, mon père ne lâche pas son livre et on sent que ça le passionne. 

Bref, pour nous, ça a été quinze jours peinards : baignade, soleil, copains, copines. Même pas de visites à cause de la canicule. Cool. Fallait bien ça parce qu'au retour, maman n'avait pas réservé de cabine. Alors le retour à l'arrache, merci beaucoup, c'est sympa, très peu pour moi !  

À peine rentré à Marseille, papa a mis les bouchées double pour conclure l'affaire de ce jeune noyé dans les calanques. Et, vous ne devinerez jamais : la Grèce était étroitement mêlée à toute cette histoire. Parce que les dictatures ça ne marche qu'avec le soutien actif de quelques fascistes et le silence d'un grand nombre. Parce que les dictatures ça se combat avec l'action de quelques résistants et le soutien muet d'un grand nombre. Et quelquefois, souvent même, deux destins se rencontrent, s'opposent et en disent plus long que l'Histoire avec un grand H sur la souffrance d'un peuple...

Ah, oui, j'ai oublié de vous dire mon père est aussi romancier. Mais, vous le savez, puisque vous avez eu l'excellente idée de l'inviter le 8 et 9 octobre à Nyons. Vous pourrez à cette occasion pêcher quelques idées sur la difficulté de juger un homme pris dans la tourmente du 21 juin 1967 à Athènes. Quand tout bascule. Sa vie y compris...  

Jules ou Jim F.

( Sous la dictée de Christian)



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Une idée, une suggestion ou bien une remarque...vous pouvez commenter librement !